La folie du Black Friday, qui a lieu chaque fin novembre, a inspiré les plus gros e-commerçants de France à créer leur propre Vendredi Noir à la française. Quelles sont les cibles, les causes, et les attentes de cet événement pour les consommateurs et les enseignes de e-commerce ?

Origine du Black Friday aux Etats-Unis

Black Friday à la française : début le 27 avril

Le Vendredi Noir américain a une histoire assez longue, qui remonte au XIXème siècle. Tout d'abord, ce terme signifiait l'effondrement du marché d'or, qui avait eu lieu le 24 septembre 1869. Mais la signification "Black Friday" par rapport aux soldes a commencé d'être utilisée il n'y a pas longtemps. En effet, il existe deux hypothèses de sa création :

1) On a utilisé le terme "Black Friday" à l'égard des embouteillages, qui couvraient vendredi la ville de Philadelphie après le jour de Thanksgiving.

2) Les autres s'en tiennent à la version, liée avec l'idiome "in the black" (bilan excédentaire) contrairement à "in the red" (bilan déficitaire).

Black Friday 2017 en chiffres

Le Vendredi Noir 2017 en Amérique a établi un nouveau record : selon les infos, collectées par Adobe, le chiffre d'affaires des ventes en ligne s'est élevé à 5.03 milliards de dollars (hausse de 16.9% par rapport à l'année 2016).

La France, quant à elle, a montré aussi d'excellents résultats par rapport à l'année 2016 : le nombre de ventes a augmenté de 30% et le chiffre d'affaire de 33%, performances inattendues mêmes pour les e-commerçants les plus optimistes.

Mise en place des French Days

Black Friday à la française : début le 27 avril

Cette idée avait été lancée pour la première fois en janvier 2018, lorsque le secretaire d'Etat rattachée au Ministre de l'Economie a annoncé que la variante de Black Friday à la française, discutable entre les plus grands e-commerçants depuis plusieurs mois, pourrait dynamiser encore plus le secteur de e-commerce.

Le choix des dates de cette opération promotionnelle n'est pas fait par hasard : selon Annabel Chaussaut, directrice marketing et e-commerce de Fnac Darty, la date du 1er mai aurait pour but de devenir un "pont" avant les soldes d'été.

Retard sur les performances des pays voisins

Une autre raison d'implantation des French Days, c'est la faiblesse de e-ecommerce français en comparaison avec les pays voisins. Dans la totalité du commerce, le secteur web ne s'élève qu'à 9% en France, contre 20% et 15% au Royaume-Uni et en Allemagne respectivement.

Quelles sont les attentes et les participants ?

En premier lieu, les joueurs de e-commerce français vont sonder le terrain et tâter l'opinion des consommateurs : serait-il possible de se forger une nouvelle place promotionnelle et de créer l'événement, qui pourrait conquérir les coeurs des accros du shopping de France ? Les réponses à ces questions sont juste autour du coin. Au fait, la participation aux French Days ont confirmé Cdiscount, Rue du Commerce, Camaieu, BeautéPrivée, Boulanger, Monoprix, Sarenza, KIABI, La Redoute, Showroomprivé, Morgan, Cache Cache, Darty.

N'hésitez pas à accéder à ces et à d'autres boutiques durant ce nouveau Black Friday et à bénéficier d'excellente occasion d'économie avec Monbon.fr !